Bouquins

Le bouquiniste parlait de ses livres comme des colonnes jetées bas du temple de Delphes par les barbares; la connaissance disparait, elle meurt lentement avec les derniers porteurs de mots, il ne restera bientôt plus que des paquets de livres ficelés vendus au poids du papier sur les pavés humides des brocantes; c'est la littérature qui meurt peut-être entre ebay et les tablettes numériques?

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Cœur ouvert XI

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye