Paris I

Retranscription des notes du Carnet fugace fugueur d’un fugitif prises sur le vif dans le Petit Moleskine noir (le plain reporter Notebook pocket). Les indications en italique sont reportées suite à la relecture des notes d’origine.

28 Décembre
Dans le Thalys Bruxelles – Paris. Suivre la biographie de Céline par Yves Buin, les notations sont peut-être autant d’éléments à ressaisir pour une biographie imaginaire (retravaillée) de l’écrivain (mon projet principal d’écriture).

Naissance le 27 mai 1894 de Louis-Ferdinand Destouches.
Le Chevalier des Touches (épisode de la chouannerie, voir le texte classique de Barbey d’Aurevilly), est un ancêtre mythique dont Céline utilise le nom pour signer ses premiers textes de jeunesse (Les Vagues, poèmes) et le courrier adressé principalement à Simone Saintu. C’est un sujet romanesque en or ; une rencontre avec Chateaubriand n’est pas à exclure.

De Mars à Novembre 1909 Céline séjourne en Angleterre en pension de famille (Londres, le Kent) ; le personnage de Nora Merrywith dans « Mort à Crédit » est directement inspiré par cette expérience ; toute sa vie Céline gardera la nostalgie de Londres dont il reparlera aussi, principalement, dans « Guignol’s Band ». Londres est un sujet majeur dans l’autofiction des Métamorphoses de C. Il y a des liens à faire entre Nora Merrywith et la série des trois personnages féminins d’Ian McDonald dans « Roi du matin, Reine du jour ».

En 1912 Céline s’enrégimente au 12è Cuirassiers à Rambouillet. Il y fait connaissance avec des pensionnaires de « La Ruche », établissement d’éducation libertaire fondé par Sébastien Faure sous le patronage de la Baronne d’Uzès. Il s’en souviendra en 1950 lors de son procès (courrier avec Louis Lecoin). Céline entre en contact avec l’anarchisme. Peut-être imaginer une rencontre avec une pensionnaire de la Ruche un peu délurée ?

De Mai 1915 à Janvier 1916, retour à Londres. Céline démobilisé lit beaucoup : Hegel, Fichte, Nietzsche, Schopenhauer et des historiens (chroniqueurs du moyen-âge, voir ses allusions à Froissart, Joinville dans une des grandes interviews de 1957 lorsqu’il se comparera lui-même à un chroniqueur avec la publication « D’un château l’autre »). En novembre un épisode très romanesque intervient dans la vie de Céline, la rencontre de Mata-Hari au Savoy Hotel, en compagnie de son acolyte George Geoffroy. Nuit à trois ? En octobre 1917 Mata-Hari sera fusillée comme espionne par les Français qui l’accusent d’avoir vendu des secrets militaires aux Allemands (les preuves apparaissent bien minces aujourd’hui, elles pourraient avoir été fabriquées par les Allemands qui la soupçonnaient d’être un espion à la solde des Français ! Une histoire d’agent double qui a mal tourné ? Est-ce que Céline y aurait joué un rôle ?)

Le 19 Janvier 1916 Céline contracte un mariage blanc avec Suzanne Nebout, entraîneuse dans un bar à Londres. Les raisons de ce mariage n’ont jamais été éclaircies. Il lui sera demandé plus tard de prouver qu’il n’est pas polygame lors de son mariage avec Edith Follet.

Le 6 Mai 1916 Céline embarque à bord du RMS Accra à Liverpool, direction le Cameroun. Sur le bateau il rencontre « Mgr. Bernadotte » un aventurier qui part pour l’Amérique du Sud ; il inspirera plus tard à Céline le personnage de Robinson dans « Voyage au bout de la nuit ». Et si Céline était parti en Argentine au lieu de l’Afrique ? Plein de possibilités scénaristiques s’ouvrent ici avec cette uchronie, par exemple : Louis-Ferdinand en gaucho dans la Pampa; Louis-Ferdinand en danseur de tango dans une bodega de Buenos-Aires; une rencontre improbable avec Jorge Luis Borges à qui il inspire le prototype du mauvais garçon (improbable, pour la bonne raison que la famille de Borges alors jeune garçon  vit à Genève pendant les années de guerre, mais qu'importe); une rencontre ultérieure sur le chemin de retour en Europe avec Blaise Cendrars ; l’Argentine terre d’accueil pour Robert Le Vigan, l’ami de Céline, qui s’y exile après la guerre parce que Céline y aura laissé des « traces »… la fuite de Céline en Argentine au lieu du Danemark… Mais attention à ne pas trop dévier du fil conducteur général qui doit rester proche de la biographie de Céline.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI