Paris II - Ballade à Montmartre

Suite de la retranscription des notes du Carnet fugace fugueur d’un fugitif prises sur le vif dans le Petit Moleskine noir...

28 Décembre
Découverte du musée de la vie de Montmartre, bourré d’illustrations, d’affiches… Quelques thèmes : les petits poulbots (les enfants de la Butte, les titis parisiens), Mimi Pinson (une grisette), le Chat Noir, le Moulin Rouge, Aristide Bruant, Léon Bloy, la Commune de Paris, le temps des cerises… J’apprécie beaucoup l’ambiance, la mémoire… Cela nous rappelle une visite précédente à Montmartre, c'était le 1er Mai 2009 avec quelques collègues du Fulbright Program: Philippe, Cécilia, Bente, Petra, Florence et Marie. Nous avions déjeuné à « La Bonne Franquette », où nous avons pris place aujourd’hui.

Céline a habité aux adresses suivantes sur la Butte :
92 rue Lepic pendant les années trente, à l’époque du Voyage
4 rue Girardon pendant les années d’occupation, de 41 à Juin 44.

Le soir nous passons devant le 4 rue Girardon ; c’est un grand immeuble qui forme le coin de la rue avec l’avenue Junot, cinq étages. Je me suis demandé qui occupe aujourd’hui l’ancien appartement de Céline (sans oublier Lucette, et Bébert le chat) ; c’était un trois pièces peu confortable, probablement agrandi depuis lors. Est-il occupé par un locataire, un propriétaire, un couple de retraités, une célibataire qui travaille dans les boutiques de luxe de la place Vendôme, un artiste peintre divorcé qui garde son jeune fils une semaine sur deux, des dealers, un autre écrivain ? J’imaginais : que se passerait-il si je sonnais au cinquième étage, là où Céline a vécu ? Petit dialogue dans l’interphone :

Bonsoir, pourrais-je visiter votre appartement ?
Vous habitez à l’endroit où Céline à vécu, le grand écrivain, dans les années quarante, ici, le saviez-vous ?
Non, qui vous dites, c’est qui celle-là ?...
Non, non, c’était un homme, Louis-Ferdinand…
Heu ouais… et alors ?
Je suis un de ses admirateurs, c'est ici qu'il a vécu, chez vous, je me disais… si c’est pas trop vous demander…
De mettre les pieds chez moi ?
— Juste un petit moment... retrouver un peu de cette atmosphère... Vous savez? Paris, tout ça!
— Oh ! Je connais pas ce loustic moi ! Et j’vous connais pas non plus tiens, c’que c’est comme façon ! J’vous enverrai ma copine, la grosse Céline, l’hirondelle du coin ! Attendez que je lui passe un coup de grelot et elle va vous agrafer du colbak, non mais !
Faut pas vous fâcher Monsieur, c’était juste une question innocente, comme ça, en passant dans le coin…l'atmosphère vous comprenez, ça me perdra tiens...
Mais c’est qu’il insiste le bonhomme. Z’êtes un amateur de rosette que ça m’en a tout l’air ! Dégoûtant ! Sonner chez les braves gens, j’vais vous faire danser le rigodon moi !
C’est bon, désolé pour le dérangement, au revoir Monsieur !
Allez au diable ! Gueule d'atmosphère !

Relisez tout Céline! C'est tellement mieux!

Je cherche une âme
L’âme en toute chose
Dans les pierres, dans les rues
Sur les places, sur les façades des maisons
— Et les gens ? demanda l’enfant
Ils ont une âme aussi ?

Passage Librairie des Abesses en fin d’après-midi :
Céline, ça a débuté comme ça (Découvertes Gallimard)
Les contes du Lapin Agile (Christian Nucera)

Tous les Parisiens mangent baguette brie ce soir ou brie beurre baguette avec un ballon de Brouilly s’il vous plaît !
Thé à la menthe ou t’es citron ? Comédie de boulevard délirante vue ce soir au Théâtre Fontaine. A recommander.
L’agrément des terrasses de café chauffées à Paris, à faire en toutes saisons… et pas spécialement en hiver !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye