Crime au Pêle-Mêle

L’atelier d’écriture avait commencé à l’heure malgré la neige qui bloquait la circulation automobile sur plus de mille kilomètres à travers le pays.
La plupart des participants avaient rejoint la librairie à pied. Le contraste entre l’intérieur du bouquiniste accueillant et la rue où les voitures avançaient au pas était saisissant. Dans l’une d’entre elles l’homme d’affaire rageait d’impatience, il détestait arriver en retard, question d’habitude professionnelle. Et puis il venait de manquer de peu un gros contrat, débauché par la concurrence. S’il pouvait mettre la main sur ce commercial de la compagnie adverse, avec quel plaisir ne lui fracasserait-il pas le crâne ! Voila à quoi pensait encore avec délectation l’homme d’affaire en garant sa grosse BMW noire devant le Pêle-Mêle. Une heure de retard ! Enfin, autant profiter du reste de la séance.
Bien entendu il arriva en pleine préparation de la proposition d’écriture. In s’installa et après un debriefing du coach il se mit docilement à l’ouvrage.
Comme d’habitude les soirs d’ateliers la librairie était assez calme, une agréable musique de fond, un rien jazzy contribuait à détendre l’atmosphère. L’homme d’affaire était très affairé à rattraper son retard.
Soudain, la porte d’entrée claqua avec force. Tous les participants sursautèrent. Un grossier éclat de rire se fit entendre depuis le rez-de-chaussée de la librairie. Le personnage qui avait ainsi fait irruption demanda dans un mauvais anglais au comptoir s’il pouvait acheter des cigarettes.
« What ! No cigarettes here ! What kind of night shop is this shit ! »
L’homme d’affaire se leva de son siège et descendit posément la volée d’escalier. Il resserra son nœud de cravate, se racla le fond de la gorge, et puis tous les participants l’entendirent interpeller très poliment et dans un anglais oxfordien impeccable la brute épaisse qui confondait un lieu de culture avec un débit de boisson tabacs pour noctambules louches ou égarés. Le grossier personnage ne sembla pas comprendre les propos de son aimable mais ferme interlocuteur. On aurait dit qu’une sérieuse altercation commençait.
L’homme d’affaire avait tout fait pour garder son calme et faire entendre raison à l’intrus. Mais il venait de dérailler juste à côté de la réalité.
Il prit son iPhone, activa l’application « War Games », cliqua sur une ou deux icônes et… le personnage fut proprement et sur le champ désintégré.

Rédigé en Atelier d'Ecriture 2è série

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Cœur ouvert XI

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye