Hommage à Moebius (8 mai 1938 – 10 mars 2012)


décès de jean giraud moebius hier j’ouvre 40 days dans le désert b bande dessinée sans parole noir et blanc au crayon sur papier crème soixante-dix cases soixante-dix planches une seule bande à l’italienne format 24cm x 16cm au format original du carnet de l’auteur publiée en novembre 1999 chez stardom moebius productions titre énigmatique en franglais ouvrage de sorcellerie graphique dit ironiquement le quatrième de couverture d’où vient l’œuvre où va l’œuvre 40 jours pour une méditation dans le désert le désert est américain paysages de l’ouest le désert lieu rituel de la méditation bible castaneda en silence même pas de bande son ce n’est pas un film muet nous sommes plongés dans le silence du désert l’œuvre raconte par la puissance des images par leur enchaînement nous sommes bien dans un récit case planche fiction l’art n’a pas besoin de colifichets signes extérieurs bulles ponctuation langage structure grammaticale self-generated each symbol speaks for itself the flow is key to meditation flow of thoughts flow of sub mental processes arising freshly in silence in desert b why b b like be to be or not to be b following a aleph beth the sequence of thoughts is key the alphabet reveals its fundamental power unspoken in the begin was god or light or void then men or words or pictures en voici une très belle une de mes préférées la première case pauvres mots tentez l’impossible traduire une image sans la trahir un ange debout traverse le désert plat sur une machine au ras-du-sol totem mécanique mais peut-être ne vole-t-il pas il y a ambigüité petit nuage de poussière à l’arrière du totem illusion du mouvement deux grandes ailes de l’ange une longue chevelure flottante du vent il y a mobilité des éléments fixité du sujet la pensée de l’ange est matière devenue forme et matière projetée hors de sa tête ectoplasme ébauché thoughts have a materiality according to mediums they mix with walls and ceilings and floors and objects small machines animated a meditation is a way to produce things that will populate the world let us share our thoughts for a better world except emptiness surrounds the medicant in desert feel the heat of sun on your skin slowly burning cell by cell evaporated ashes to ashes ils utilisent tous les mêmes métaphores cela brûle cela consume se consume en moi dans l’absence de parole avec la parole des commencements qui émerge et détruit le corps enveloppe destinée à rejoindre les éléments dans le vent spores particules de peau brûlée pensées du cerveau qui fond littéralement sous la trop forte chaleur les pensées dégoulinent par les yeux la bouche le nez les oreilles organes de perception organe de phonation organes des échanges d’air voici votre rôle révélé l’esprit sort de la tête comme excréments purge car une méditation est une purge grand nettoyage obsession with clean with dirt with weight with loss dry it up clean it up do it yourself death valley is not far from l a extremes of consumption consumation usa today usa yesterday the man is now sitting his longbow ready besides him navajo in monument valley i understand moebius once you have seen those landscapes how can you forget i cannot forget i want to go back there standing rocks ships in the desert now i understand it very clearly moebius was a navajo now he has gone to the fifth world maybe diné bahane the story of the people according to navajos they were the wind talkers during world war ii in the pacific i remember a macdonald’s restaurant near kajenta on our way to monument valley navajo tribal park just at the border between arizona and utah it was also a museum devoted to those wind-talkers so a medicant is maybe a supplicant of god talking to the wind in the desert begging for survival how can we westerners understand this il y a une forme de supercherie dans tout cela nous n’y comprenons rien dans le fond mais faisons semblant l’art est le premier des artifices après les questions demeure l’envoûtement des œuvres quelle est l’histoire de 40 days  dans le désert b en quelques mots un ange apparait sur une machine volante devant un homme le starwatcher ou le navajo habituel de moebius voir autres œuvres le type au long chapeau pointu s’ensuivent de premières visions des tentations et d’un coup il les fait disparaitre par sa volonté je me suis dit on est en plein dans la tentation de saint-antoine au désert relisez flaubert par exemple magnifique texte que sa tentation donc moebius est aussi inspiré par la tradition mystique occidentale on s’en serait doutés un peu toutes ces tentations s’envolent et disparaissent dans un champignon atomique de bon aloi quelle puissance dans sa tête ce type quand même vous vous dites là il en jette le gars côté brain power he is kind of a superheros by the way moebius worked also for marvel comics one of his best known albums in the us is the remaking of silver sufer that was also a good story malheureusement les ennuis ne font que commencer pour joe navajo dans le désert y a trois gars qui tirent une immense bouteille où l’on peut lire big dreams toute la nuit sans dormir trois angelots démoniaques en sortent et c’est reparti car notre brave joe navajo est maintenant c’est moi qui interprète dans un monde parallèle il va osciller pendant sa méditation car notez bien que joe navajo reste parfaitement immobile pendant que tout ça se passe devant autour de lui il va continuellement osciller entre ici le désert et là-bas le désert remplacé par une ville un temple des machines des tas de gens bizarres autour de lui des géants endormis admettons il est sur une autre planète joe navajo fait alors la seule action de tout l’album il a un grand arc qui traînait à côté de lui il l’arme d’une flèche dont la pointe est le symbole de l’infini ou d’un ruban de moebius et puis c’est tout la flèche a atteint une cible qu’on ne voit pas du coup le pandémonium explose autour du pauvre joe je vous passe les détails toujours est-il que c’en est trop pour le mec il finit cramé comme je vous disais au début son cerveau a explosé les dernières cases montrent ce qui reste de lui en train de partir en poussière dans le désert le petit engin volant totémique s’envole rideau le mot fin apparait à la fin sacré moebius tu nous as encore une fois menés en bourrique quel talent quand même dommage que tu sois parti bon vent next time if you have some opportunity let us know how it looks in your new planet a small drawing would be fine thanks in advance bye one of your admirers christo


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Cœur ouvert XI

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye