La piscine

La Pontiac blanche s’est arrêtée devant la grande pelouse impeccablement taillée des Carver.
Une femme blonde en sort et glisse sur l’allée de gravier. Elle entend la voie de Scottie à l’arrière de la maison. « Il est sans doute occupé à jouer avec Catherine » se dit-elle. Elle hésite un instant à ouvrir la porte d’entrée principale. « Autant les rejoindre directement et leur faire la surprise. » Elle emprunte l’étroit chemin de terre qui contourne la maison. « Tiens, le jardinier a laissé traîner la brouette » observe-t-elle, « je lui en ferai la remarque après le week-end, elle est pleine d’herbe fauchée. Je lui ai déjà dit de ne pas laisser traîner les choses ».
Sa sœur est assise sur le relax devant la piscine. Les lattes en bois brillent au soleil. Elle lui fait un petit signe de la main en interrompant sa lecture : « Hi Wendy ! »
Scottie est très concentré avec son petit bateau qu’il guide à la ficelle sur l’eau. Des rides légères glissent vers le rebord de la piscine.
« Je rentre un instant me servir quelque chose. Veux-tu boire un verre ? » Catherine fait non de la tête et replonge dans sa lecture.
Wendy est rentrée par la grande baie vitrée qu’elle referme derrière elle. Dans le vaste salon l’appareil de télévision est allumé ; le son a été coupé.
Wendy n’a pas vu Jim, son mari marcher dans le jardin. En temps normal Jim rentre plus tard de son travail. Elle ne le voit pas errer dans le jardin, passer et repasser le long de la pelouse.
Wendy à soif, elle aimerait boire quelque chose de fort. La télévision capte son attention. C’est une scène dans une grande ville, il y a beaucoup de monde, des gens alignés des deux côtés de la rue, ils tiennent des drapeaux en main. Wendy regarde encore. Elle voit une procession de grosses voitures noires décapotables qui circulent très lentement. La caméra se rapproche d’une voiture où l’on voit un jeune couple souriant.
De loin dans le jardin Jim fait les cent pas. Il ne sait pas comment annoncer la nouvelle à Wendy. Scottie a perdu son bateau. Il appelle sa tante qui se met à quatre pattes avec lui au bord de la piscine.
Wendy regarde la télévision, l’image est un peu brouillée, elle reconnait le jeune couple, c’est John et son épouse Jackie. John s’est écroulé sur l’épaule de Jackie qui se met à hurler. Wendy n’entend rien, il n’y a pas de son.
Son fils se met à pleurer, Catherine lui raconte quelque chose qu’elle n’entend pas.
Jim fait les cent pas dans le jardin.
Wendy ouvre la baie vitrée et croise le regard de son mari.
« Je crois qu’on vient d’assassiner le Président » dit-elle.
Les autres la regardent et ne comprennent pas.

Rédigé en atelier d'écriture, 2è série d'après une photo de Philippe Lorca diCorcia extraite de "A storybook life"


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Cœur ouvert XI

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye