Langage tangage, filiations et autres chats

9 Mars: nous débutons la séance (atelier d'écriture deuxième série) par un petit exercice d’échauffement inspiré du « langage tangage » de Michel Leiris (1984), ce que les mots nous disent, démantibulation du langage. Nous prenons trois mots qui nous plaisent et les faisons tanguer phonétiquement.


Langage Tangage

Tyrannosaure : tyran abrasif, carnassier féroce dévoreur d’hommes aux ors décorés
Exégèse : interprétation express mêlée d’expédients peu digestes
Hiératique : seigneur solaire absolu figé dans sa colossale pose de statuaire antique

Le plat de résistance est une autobiographie ou plutôt une généalogie, il faut retourner au commencement (lecture d’un extrait de la Genèse avec la longue litanie des descendants d’Adam), sous la forme d’un inventaire réel ou symbolique, sans nom propre, qui va vers l’universel, dans lequel on devine des silhouettes, des figures. La structure des phrases peut être inspirée par le rythme d’une litanie « celui-là qui … », « celle-là… » (lecture d’un poème de Saint-John Perse tiré de l’Exil).

Filiations

Ils sont là
Ils sont là derrière
A l’arrière de la scène
Ils sont las d’attendre
D’espérer d’être convoqués
D’apparaître
Ils sont lassés avant même que d’être, là
Ici, à l’avant-scène
Fantômes alignés à l’infini derrière le miroir
L’un après l’autre depuis la nuit sans fond
L’un suit l’autre à rebours dans le puits sans fond
De la mémoire
De ce miroir hélas qui ne renvoie que l’être
Sommé d’apparaître que moi moi moi moi
Ils viennent
Leurs visages de fumée sortent de l’ombre
Qui sont-ils ? Ancêtres : amiraux forgerons pasteurs
Ils viennent et s’arrêtent un moment sur la scène
Disent un mot langues anciennes langues perdues
Disent un mot qui réveille une image une senteur
Un souvenir
Ils sont là ils défilent visages et mots oubliés
Vieilles photos racornies dans les gros albums rouges de mon enfance
Alignés convoqués à mon ordre armée d’ancêtres
Celui qui vient en dernier
Celui-là franchit le rang sort du rang
Celui-là qui vient à l’avant-scène : Père !

Et qu’en moi-même il parle
Et qu’en moi-même il rassemble tous les fils
Dispersés des disparus

Ils partent ils quittent la scène.

La séance se termine par un troisième texte inspiré du jeu oulipien de « littérature définitionnelle » dans lequel il faut remplacer tous les mots signifiant d’une phrase par leur définition. Je choisis la phrase suivante :

Le chat a but du lait

La créature poilue du genre des félins domestiqués connue pour courir et se battre sur les toits de Paris a nonobstant ses nombreux congénères, absorbé d’une traite rapide les molécules riches en calcium, la substance extraite des presses d’un animal à clochette qui promène sa paresse dans un autre écosystème.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI