Greg Egan - Notre-Dame de Tchernobyl

Greg Egan, Notre-Dame de Tchernobyl
DLM Editions, 125 pages, 1996
traduit de l’anglais par Sylvie Denis et Francis Valéry
(Our Lady of Tchernobyl, 1995)

Mortelles ritournelles (Beyond the whistle test, Analog, novembre 1989)
Rêves de transition (Transition dreams, Interzone, octobre 1993)
Comme paille au vent (Chaff, Interzone, decembre 1993)
Notre-Dame de Tchernobyl (Our lady of Tchernobyl, Interzone, mai 1994)

Découvert en France grâce à Baby Brain, et à Cocon dans CyberDreams 4, l’Australien Greg Egan est un des écrivains les plus novateurs du moment. Il est indispensable de faire connaissance avec ses textes qui ont pour effet de provoquer une réflexion aigüe sur les nouveaux problèmes de la science. Son oeuvre peut-être la plus importante à ce jour, le gros recueil de nouvelles Axiomatic, est en cours de publication en quatre volumes chez DLM.

Mortelles ritournelles
Jusqu’où iront les publicitaires ?
Jusqu’à forcer les barrières de notre conscience. Mais le principe de l’image subliminale intercalée toutes les vingt-quatre images dans une bande cinématographique est connu depuis les années 1950. Dans l’avenir, les bio-ingénieurs s’attaqueront directement au cerveau par le biais de la musique, par des incrustations de rythmes niais, obsédants, qui chanteront dans nos têtes à longueur de journée les mérites de la poudre à lessiver ou des céréales. Gare aux effets secondaires !

Rêves de transition
L’idée d’effectuer une Copie informatique du cerveau est de celles qui gagnent petit à petit les esprits de la communauté science-fictive. Il suffit de lire à ce propos le très stimulant article de Jean-Jacques Girardot L’heure de la résurrection, dans CyberDreams 9, pour en être convaincu. Greg Egan nous livre dans ce texte une première réflexion sur ce thème hautement spéculatif. Il se demande s’il y aura bien identité de la Copie et de l’Original, si le processus même de copie des informations contenues dans un cerveau humain ne va pas engendrer des effets de conscience particuliers, des rêves en quelque sorte, dont nous ne garderions aucun souvenir au réveil.
Mais si ces rêves de transition n’étaient que la transposition d’une lutte profonde avec nous-mêmes ? Si cela n’avait rien à voir avec une quelconque copie, mais nous renvoyait à autre chose, à la mort peut-être ?

Comme paille au vent
Un agent secret s’en va récupérer dans la forêt amazonienne un scientifique qui travaille pour les barons de la drogue. Voila qui démarre comme un film à suspense, sans surprise, les rôles des personnages sont bien identifiés dès le départ.
Construit en référence explicite au roman de Joseph Conrad Au cœur des ténèbres, ce texte annonce pourtant des horreurs bien pires que celles qu’on pourrait imaginer, car les drogues dont il s’agit sont issues du génie génétique et s’attaquent directement au cerveau, l’infiltrant de cellules parasitaires. La désintégration de la personne humaine est annoncée, logiquement inscrite peut-être dans les manipulations que l’homme infligera à coup sûr à sa nature qui n’est que paille au vent, et tout cela pour assouvir toujours plus loin, toujours plus profondément un appétit immémorial de Pouvoir.

Notre-Dame de Tchernobyl
Un privé enquête dans l’Europe de 2013, sur la disparition d’une icône ukrainienne du dix-huitième siècle. A la fin de son parcours, il découvrira une vérité bouleversante dans une église virtuelle.
Il faut de l’audace à Greg Egan pour construire un polar de Science-Fiction sur un thème vieux comme l’Europe, le christianisme et son destin. Le narrateur dit : le christianisme a modelé le paysage physique et culturel de l’Europe pendant 2000 ans, sans plus de pitié qu’un glacier ou qu’une rencontre entre deux plaques tectoniques.  Parions que ce ne sera pas fini au cours du siècle prochain...


Publication originale sur le site web "Icarus" (disparu) dédié à la science-fiction (1996).
Reprise dans "KWS" n°21-22 (dans une version étendue), revue de critiques de science-fiction, septembre 1996
(Archives) 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye