Dérives (extrait)


Cher ami,

Je t’écris poste restante à F., le prochain point de chute.
J’espère de tout cœur que tu vas bien.
Comme convenu il y a une semaine, chacun d’entre nous aura joué son rôle… Enfin, je veux y croire !
Je devais te rejoindre ici, tu avais pris un peu d’avance, rapport à « l’approvisionnement des enfants ». Et j’ai vérifié, il y a de tout : papiers, sucre, Marks…
Lucie, Bébert et moi n’avons pas eu trop de mal. Pourtant, les blindés de Leclerc fonçaient déjà sur la route de Paris ; on entendait les avions là-haut par vagues, ça pilonnait sec vers le Nord. Mais voila, hier soir j’arrivai le premier à la ferme, la porte était grande ouverte… Faut croire que j’avais raté quelque chose… Quoi… Ton départ ?... Comme ça? … Trop tard ? Précipité ?
Le grand calme pourtant, la lumière orangée à ras des prés, le silence… Tu vois, c’est ça qui m’étonnait, pas un chat… enfin, tu me comprends, Bébert remuait un peu dans le fond de la musette, la course champêtre l’avais pas trop perturbé le bougre, je l’ai lâché dans la cour, réflexe ! il était content lui, quelques Vraoum… raoum… et c’est bon… mais moi, cher ami, j’étais pas rassuré… alors j’ai fouillé, mais rien ! Pas une trace de toi, à croire que t’es jamais venu ici… mais c’était juste une impression, les « enfants » étaient rangés là où il faut.
Bref, lorsque tu liras cette lettre tu sauras que pour nous rien n’est changé. Nous restons ici deux-trois jours, bien planqués, et puis la frontière en douce, pas trop loin, et de l’autre côté : les amis ! Champagne ! La vie de château ! Pour sûr, on se verra à S., au plus tard à l’équinoxe !
Comme convenu ! Le Plan ! Le Plan !
Et pendant ce temps-là, il fera ce qu’il veut le Général à Paris, on l’aura coiffé… au poteau !

Affectueusement, 
Louis, été 44

rédigé en atelier d'écriture, 1ère série, 27 septembre 2011

Commentaires

  1. Celui-ci, je l'ai déjà entendu quelque part !

    RépondreSupprimer
  2. En effet, et la note en bas du texte précise à quel moment cela s'est passé.
    De temps à autre j'injecte dans le blog des fragments du passé. Parfois même d'un passé lointain...
    Tous les fragments issus des ateliers d'écriture sont documentés par la balise "Carnets vol. I" dans lesquels tu distingueras selon les cas en note, la première ou la deuxième série.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI