Autour de l'oeuvre de Marguerite Duras IV


Eléni sur le rivage, elle jette des cailloux.
Aux oiseaux, aux poissons.

Entre les colonnes du temple, au bord de l’eau, Eléni, elle danse, elle s’élance, elle parle avec le vent.
Le petit temple d’Héra, il se tient, ruine miraculeuse, ruine à rebours du temps, isolé, protégé, près de l’eau. A cette heure du jour, il n’y a personne encore. C’est l’heure d’Eléni.
C’est le moment, l’heure où l’eau frisonne, où les vagues reviennent, où la lumière se sépare de la nuit, c’est la joie, Eléni elle danse entre les colonnes nues, et nue sont corps s’offre aux marbres, joue avec les statues ruinées, avec les fragments du passé.
Eléni n’a pas de mémoire, elle a un corps qu’hantent les caresses reçues, les caresses volées, un corps qui jouit, qui s’élance, qui oublie toujours. Eléni est la fille du vent âpre de la montagne, sa mère lui dit « tu es folle ! ». Eléni rit, elle rit, sa mère lui dit « tu es possédée ! ». Eléni crie de joie, elle crie après l’amour, toujours, en silence elle jouit, mais après, après, elle crie, ses amants prennent peur, ses amours sont fugaces, multiples comme les vagues de la mer.

Ce matin-là Eléni est heureuse, elle connaît un homme, mais il ne veut pas d’elle, il ne la prend pas, cet homme lui caresse les cheveux parfois, lui dit « ma fille, ma fille » et puis il s’en va.
Une maison se tient en haut de la falaise, elle penche vers la mer.
C’est là que l’homme s’en va, Eléni le sait, vers une autre femme, une autre femme.

Atelier d'écriture "La force du dépouillement - atour de l'oeuvre de Marguerite Duras"
Proposition d'écriture #4 - Après une lecture de "Le Vice-Consul" (1966)


Thème de la lèpre, de la décomposition du corps et du cœur. L’histoire se passe à Calcutta (fantasmatique) entourée de lépreux et de chiens. Un écrivain raconte l’histoire d’une mendiante lépreuse, son voyage. Récit enchâssé dans le roman. Et l’amour du vice-consul pour Anne Stretter.


Ecrire un texte « fiévreux » à la troisième personne avec un rythme, une musique qui nous donne à voir des actions en train de se produire.







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken