Il vient, il le précède...



Il vient, il le précède
il n’en fait qu’à sa tête
qui s’envolera, virevoltera
libérée du corps
des tracas
fracassée encore

D’un éclat dur
brillante, l’âme sûre
du bourreau muet
épris de Salomé la belle
la cruelle
la danseuse qui clame
je veux sa tête.

Tranche dans le vif.

Grandi parce qu’amoindri
Jean sans tête se relève
prophétise, s’esclaffe, rit
hurle Hérodiade ton désir
ma mort ma vie à venir
par l’eau j’ai baptisé Eve
femme du genre humain.

Il me suit, il me précède
a la parole brève
le verbe haut, clair
le désir nait du verbe
et de la chair.
Recevez ma gerbe.


Gustave Moreau, esquisse pour Salomé (1876)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken