Extérieur – La plage, jour


Une scène de film #22 (voir le billet précédent - à la fin de la scène #28 - pour le séquençage)

Une jeune fille (une gamine, préadolescente) très blonde et un chien, genre labrador, se rapprochent de la caméra (ce qu’Olivier regarde). On entend le cri des mouettes, l’aboiement du chien.

Héloïse

Elle court vers la caméra.

Par ici, par ici mon chien.

Olivier

Le chien file dans les jambes d’Olivier.

Oh ! Bon chien ! Bon chien !

Héloïse

Essoufflée…

Pardon Monsieur ! Oscar est très gentil… Vous pouvez le caresser.

Le chien tourne autour d’Olivier, quémande une caresse.

Olivier

Oui, bon chien… oui, c’est ça…
Oscar, un labrador non ? T’es un labrador ! Je te reconnais, tu as une tête comme je les aime !
Gentil, gentil…

Héloïse

Il fait beau ce matin, n’est-ce pas Monsieur ?
Vous avez entendu cette nuit ? Oh ! C’était la tempête !
Vous arrivez de Paris ?

Olivier

Sourire

Cela se voit que je viens de Paris ? Oui, je viens de Paris. Et toi, tu viens d’où ?

Héloïse

Oh… moi, je suis d’ici, de là-bas… d’un peu partout…

Elle montre la mer.

Mon papa, c’est un pêcheur !
Je pars souvent avec lui… la mer Monsieur…

Olivier

Je m’appelle Olivier.

Héloïse

La mer Monsieur… mon papa il dit que c’est une femme très dangereuse. Mais il aime ça !
Vous aimez la mer, Olivier ?

Olivier

Elle m’a toujours fait un peu peur… j’avoue… c’est bête non ?

Héloïse

Un jour quelque chose se passe que vous n’attendiez pas. Voila, la mer, elle peut changer en quelques minutes. Il faut une main sûre pour vous guider alors. Mon papa il dit qu’un marin c’est d’abord un navigateur, vous savez d’où ça vient ce mot ?

Olivier

Navigateur… pilote…

Héloïse

C’est un mot grec, « cybernaute ». C’est très savant ! Moi aussi, j’ai appris, je suis un petit cybernaute.

Rires

Alors quand tu vois la couleur du ciel qui change, tu sens la houle qui gonfle, tu as froid aux oreilles, moi, c’est le bout du nez qui me chatouille, tu sais qu’elle vient.
La mer, c’est là où l’improbable devient certain tout d’un coup. Tu comprends ?

Olivier

Je crois… oui… Tu t’appelles comment ?

Héloïse

Héloïse !

Olivier

C’est très beau… ancien…

Héloïse

C’était le choix de maman. Elle est partie en mer un jour, sur un grand bateau…
Elle n’est pas rentrée.

Olivier, tu as une fiancée ?

Olivier se détourne.

Tu es triste ?

Ta fiancée est partie ?

Olivier

On peut dire ça…

Héloïse

Mon papa il prend parfois des touristes pour une partie de pêche. Tu as envie ?

Olivier

La mer…

Héloïse

Tu as peur ?

Olivier

Non… je ne sais pas, c’est un peu inattendu… Et puis… j’attends quelqu’un… peut-être…

Héloïse

Elle t’attendra aussi.
Allez, viens !

Olivier

J’ai des choses à faire… je crois… je ne sais pas lesquelles.

Rires

Héloïse

Tu vas te changer les idées. Tu verras, c’est surprenant une partie de pêche !

Olivier

Je me souviens… j’ai promis à quelqu’un d’écrire tous les jours… Il faut que j’écrive aujourd’hui.

Héloïse

Tu as toute la journée !

Un téléphone portable se met à sonner. Héloïse décroche.

Oui Papa !

Il vient ? Non, je ne sais pas… Il hésite…

Olivier regarde autour de lui. La plage est déserte. Il regarde le chien. Oscar se tient coi sur le sable. Olivier se penche, caresse le chien.

Papa !... Bon, d’accord…

Elle raccroche.

C’était mon papa ! Si tu savais !
Un touriste américain, il devait partir avec nous aujourd’hui. Il vient d’annuler.

Olivier

Vous ne partez pas alors ?

Héloïse

Non… dommage, les couleurs sont splendides aujourd’hui… La pêche sera bonne.
Oh ! Je te prendrais même en photo. Cela fera un souvenir amusant pour ta nouvelle copine ! En ciré jaune, dans tes filets, tu emmêleras tout, je le sais… mais ce sera tellement drôle !

Olivier

Et c’est combien pour la ballade en mer ? Avec les photos !

Héloïse

Pour toi, c’est gratuit.

Fin de la scène


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI