Elle est venue, elle est repartie


Tu commences par voir un point qui se déplace sur la dune blanche.

Triomphe du désert, une sécheresse inouïe
Et la mer est juste à côté
Tu voudrais bien partir, voyager avec elle qui voyage sans cesse d’un continent l’autre
Et bientôt sur la Lune
Entre Mars et Jupiter
Les astéroïdes les plantations de café du Rio Grande Do Sul
Le monde quoi
Le monde entier
Tout entier
Une vie, juste une vie tu n’as
Des jours à regarder les terres émergées tu vas
Les vagues qui viennent des océans mourir ici
Tu vois le point qui se déplace sur la dune blanche, c’est une jeep
Elle est là ; venue, elle est venue pour toi
Entre exploits innombrables, missions
Trophée pour ses exploits dans l’Atacama le Westhoek le Lençois Maranhenses White Sands
C’est une femme soldat, une mercenaire, un mec dans un corps de femme
Son mindset, cela te plait, mon semblable ma sœur tu penses
Et toi une poule mouillée dans un corps de mec, bonne femme
Voyage autour de ta chambre
En robe de chambre.

Elle tient une kalachnikov à gauche un uzi à droite
Lunettes solaires retina display aucun reflet un sourire
Lynx mon lynx adoré ma prédatrice blonde
Cheveux longs viens je te fais un chignon
Serai patient nœuds ferai dans tes cheveux
Te retiendrai par solide cordage de marin
Ne partira pas mais tu ris de ma naïveté
De mon amour des sables pour toi.

D’un lent regard, je glisse de votre épaule le long de votre dos qui n’en finit pas, votre robe blanche d’épousée me laisse caresser votre peau sous les lacets croisés, jusqu’à votre taille serrée, vos hanches, vos cuisses nues habillées d’une résille qu’un froissement délicat de mes doigts soulève et me touche au cœur.

Tu ne restes jamais longtemps à la même place
Une malédiction des Pharaons
Vermilion Sands
Vas-y file
Mes bouts de poèmes flotteront après toi
Sur les dunes de l’Atacama du Westhoek du Lençois Maranhenses de White Sands
Je jouerai une samba triste, j’aurai des visions balsamine, j’invoquerai Juliette et Justine, Isabelle H.
Je m’en irai un jour au Brésil, te retrouverai petite fille au théâtre des sensations de Sao Paulo, je serai ton roi en exil tu seras mon roman
Irons à Saint-Eustache du désert écouter le requiem de Fauré
Manger des iguanes rotis
Ton regard me suffira
surface monde
ma cécité.


The Residencia, ESO Paranal, Atacama Desert

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken