Muet d’Hiver (Winter Mute)


Exchanges Consolidation - An active Market. Ce document est accessible en téléchargement depuis ma boîte publique sur Dropbox.
Non, ce n’est pas de la poésie, encore que…
Il s’agit d’un petit complément au texte High-frequency trading publié aujourd'hui, un document PDF (en anglais) que j’ai compilé récemment depuis les pages du Financial Times.

Cela raconte une peu romantique histoire – en apparence : l’évolution des marchés financiers (des principales places boursières pour être plus précis), par fusions et acquisitions depuis 1998, jusqu'à l'actualité la plus récente. Pour moi, c’est un peu comme un film accéléré de la route des épices pour les aventuriers de la fin des quinzième, seizième siècles, suivies par celles du sucre, du café, de l’or, du caoutchouc, et du télégraphe, du chemin de fer, jusqu’à l’âge industriel, et qui se poursuit après l’éclipse de la « nouvelle guerre de Trente Ans » (1914-145)… l’aventure du capitalisme, oui, quoi d’autre ? Cycles de création – destruction. Capital Shiva. « Tous hindouistes ! » aurait dit Céline (Louis-F.) s’il avait connu ce « bazar ».
L’histoire de ces marchés vers la concentration toujours plus grande du capital, c’est l’aventure de la fin du vingtième siècle, l’étrangeté radicale de ce début du vingt-et-unième qui se donne à lire dans les lignes sèches de la chronologie du Financial Times: à telle date, la bourse X se fait racheter par la place Y pour un montant de X milliards de USD…
L’auteur de « 6 », l’essai que j’ai commenté dans mon billet précédent, s’est laissé lui aussi aspiré par le véritable phénomène révolutionnaire que nous vivons à travers ces marchés, leurs tours et détours de magie à laquelle nous ne comprenons plus grand chose (vitesse, complexité, gigantisme… tous les éléments d’un « mythe » fondamental qui se met en place… comme dans le film « The Matrix »).
Et justement : j’ai choisi d’illustrer ce billet avec une photo visible sur le site de ICE (The Intercontinental Exchange) qui a racheté le NYSE Euronext en décembre 2012. La nature est plus belle vue depuis les circuits électroniques d’un data center réfrigéré.
« The ICE » c’est le patron actuel de quelques unes des places les plus importantes de produits dérivés dans les marchés de « futures » (et quelques autres broutilles, dans l’énergie, les CDS et le Clearing), et ce sera demain, très rapidement, le patron de la bourse de New-York, ainsi que d’Euronext (Paris, Bruxelles, Amsterdam, et le Portugal). Tout ça dans un grand garage … ou plusieurs grands garages qu’il faudra parquer dans le Grand Nord… Mais ceci est une autre histoire.
« The ICE », « La Glace »… Les amateurs de science-fiction, tendance cyberpunk se rappelleront peut-être du roman Neuromancer de William Gibson (écrit en 1984) qui mettait aux prises un pirate informatique, Case, et des intelligences artificielles dans le monde virtuel qui s’appelait « The Matrix » (oui, bien avant la trilogie des frères Wachowsky). L’une de ces intelligences, dénommée « Wintermute », le « Muet d’Hiver » qui m’avait tellement impressionné lorsque j’avais lu le roman dans sa traduction française, dès sa parution en 1986, est un personnage-clé, un algorithme comparable à ceux décrits par Snifer, l’auteur de « 6 » dans le monde du trading à haute fréquence. Dans sa lutte, Case utilise des armes logicielles fournies par Muet d’Hiver pour « casser la glace », et accéder aux secrets du monde virtuel (ICE : Intrusion Countermeasures Electronics), et bien entendu, pour éliminer ses concurrents. Car ICE (Muet d’Hiver) est ambitieux, très ambitieux…
En bref, les écrivains l’ont « vu » venir.
Mon petit « poème » est pour la fin :

Muet d’Hiver, froide intelligence :
peut-on aimer un algorithme ?
Le vénérer comme un dieu, oui.
Mais l’aimer ?
Non, seule la peau d’une femme.

Fascination de l’image,
Images imaginaire,
Speculum spéculaire,
Miroir spéculatifs.
Il y a toujours deux faces à une transaction,
Hedging et spéculation.
Dans le jargon on dit : « prendre une position »
Avoir une vue (sur le futur).
Dans quel but : gagner de l’argent ou éviter d’en perdre.
C’est la même chose, c’est évident.

Dualité, split self, dual moi et moi,
Racine carrée de moins un.
A.I.
Je te connais de l’intérieur.
Muet d’Hiver.
Laisse-moi briser ta glace.
Laisse-moi parler.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI