Long Playing


La Pontiac blanche glisse entre les cerisiers en fleurs de la route principale. Toit ouvrant, Wendy goûte aux derniers instants du retour à la maison, le vent léger passe dans ses longs cheveux blonds, des mèches flottent devant ses yeux.
Un peu plus loin, des enfants jouent au ballon sur les pelouses bien taillées, les mères surveillent sans élever la voix, en buvant du thé. La Pontiac avance au ralenti.
Wendy fait un signe de main à Vieux John qui contemple la rue depuis sa terrasse. D’habitude, il lui répond avec un chaleureux « Bienvenue à la maison Wendy ! ». La Pontiac roule quelques mètres encore, tourne à droite, Wendy n’oublie jamais d’actionner le clignotant mais il n’y a plus de voitures qui circulent à cette heure dans les rues calmes.
Vieux John n’a pas l’air d’être dans son assiette se dit Wendy.

Les voisins de Wendy se rassemblent dans la rue. Il y a Steve, et Amanda, et Sandy, et puis Marc, et Nancy, et leurs enfants. Ils sont tous là. On dirait qu’ils attendent mon retour, mais ce n’est pas mon anniversaire aujourd’hui, ni celui de mon mariage, ou de la naissance des garçons, qu’est-ce que Jim a encore inventé se demande Wendy.
Elle ne peut engager la voiture dans l’allée bloquée. Il y a beaucoup de monde ici, des voisins qu’elle n’a jamais vu.
Sa maison est là, devant ses yeux. Sur la pelouse, son lit blanc, l’armoire des garçons posée de travers, le lit de Jim, à l’envers, à côté du nouveau frigo rouge qu’ils se sont offerts, il est là, les paquets de viande congelée jetés dans l'herbe, les packs de lait posés sur le téléviseur, renversé.
Un drap blanc est posé sur le sol. Wendy voit la présence des policiers. Ils la regardent. La chaussure de Jim dépasse.
Et partout, les pochettes colorées des disques, toute la collection de Jim, lance ses ultimes feux multicolores sur le mobilier, comme une pluie de confettis après la fête.

----
Réalisé en atelier d'écriture, ce jour.
Lecture d’une nouvelle de Raymond Carver « Pourquoi ne dansez-vous pas ? »
(in « Parlez moi d’amour »)

Proposition d’écriture (d’après Hubert Haddad) : réécrire la nouvelle que vous venez de lire sur base du ressenti immédiat, en toute liberté (changement de contexte, de point de vue, de chute etc…)
Organisez votre temps pour arriver à la fin de la nouvelle : durée de l’exercice 45’

Le texte s’est de lui-même intégré dans ma "Chronique des Carver" dont il constitue l'épisode #10.
A l’origine, chaque ‘tableau’ de la chronique est inspiré par une œuvre picturale d’Edward Hopper ou d’une œuvre apparentée. L'idée d'une continuité des personnages s'est rapidement imposée, à travers l'histoire d'une famille américaine des années quarante aux années soixante ou soixante-dix. Le personnage de Wendy est le fil conducteur de tous les épisodes de cette chronique.



Credits: Philip Corcia diLorca

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI