Maniac Shadows : Performance


Ce texte est dédié à la jeune fille inconnue avec laquelle j’échangeai quelques mots et qui accompagna mon écoute de la performance de Chantal Akerman.
Elle a du partir avant la fin rejoindre des amis.
C’était pendant la Fête de l’Iris à Bruxelles.
Le hasard voudrait qu’elle ne lise jamais ces lignes.

Dire
Se dire
Raconter
Se raconter
Dévoilement vérité
Face au public de mots inondés
Raconter la prose d'une vie en morceaux autofiction ou mémoire par l'écriture retravaillés
Face au public qui écoute écrit lit réécrit à sa manière
Roman performance conçu pour être lu une seule fois
Qu'elle étrangeté cet entrelacement de murs mûrs mots morts a demi de souvenirs effilochés
Lettre d'amour absolu a sa mère récit familial personnel que se passe-t-il lorsque les mots fusent des deux cotés ?
Que se passe-t-il dans cet espace rempli à sens unique par ses phrases
C.
Le Mexique
New York
Sa mère
Archipel d'une géographie du langage des images
Et que fait le public s'il ne dort s'il n'écoute
Le silence s'installe dans la profondeur d'une absence ou les corps se plient, se figent. Se fâchent partent
Poésie de la coprésence une émergence des lignes du texte du papier, double enroulement du mescal
Le plus important : la voix la voix la langue des origines de l'oubli
Toussotements rires froissements de gorge
Maladie amours Facebook et Skype et les pièges de la communication
Tenir une lecture pendant deux heures trente
Shalom !
Sa voix rauque
Son rythme
Sa respiration
La performance la voilà vivante qui se tient les jambes croisées jeans noirs chaussures de marche cheveux courts lunettes de soleil remontées sur la tête chemise bleue bouge les mains
Qui es-tu Chantal ta présence un mystère ce qui se donne à voir à entendre est le plus insaisissable car cette barrière invisible nous sépare toi assise sur une estrade fausse conférencière lectrice d'une œuvre qui est ton écrit, de toi et des gémissements de ta mère.

Les notes ci-dessus ont été prises en direct dans l’application Notes de l’iPhone pendant le déroulement de la performance de Chantal Akerman « Maniac Shadows » au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, ce 4 mai 2013 (Kunsten-Festival des Arts).
La performance a débuté passée 22 heures. Il fut difficile de tenir mon écoute attentive pendant les deux heures presque et demie que tint la cinéaste à lire son livre (à paraître au Mercure de France) d’où l’idée de prendre des notes.
Que je livre fidèle à mon habitude de l’écriture – instant.
Et dans l’instantané d’une performance et l’après-coup d’une révélation.

Merci Chantal Akerman. J’ai essayé de vous joindre sur Facebook mais vous avez trop d’amis. Votre quota est atteint. Voici le message de l’application :
“This person has reached the friend request limit”. Mais quelle est cette limite? C’est la première fois que je vois ce message.
Votre récit m'a touché à plus d'une reprise. A ma grande surprise, et non, ce n'est pas une surprise; l'écriture ouvre des portes, et en referme d'autres.

Bang Bang
My Baby Shot Me Down.

Bien à vous.


Chantal Akerman, cinéaste belge née le 6 juin 1950

Commentaires

  1. Est-ce que Maniac Shadows est aussi le titre de son futur livre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que oui... Tout à la fin de l'émission radiophonique "Le Grand Charivari" (sur Musiq3 de la RTBF, en date du 4 mai), Chantal Akerman répond ceci à la question de la journaliste:

      "Maniac Shadows, un livre que vous avez écrit...
      - Destiné à être publié comme livre par le Mercure de France."

      Aucune mention de date de publication n'est pour le moment annoncée sur le site de l'éditeur.
      A suivre.

      Supprimer
  2. Veronique Bodart5 mai 2013 à 10:30

    Magnifique Christo !

    RépondreSupprimer
  3. ah, enfin j'ai pu lire ces notes électroniques
    notes digitales
    prises au vol lors de ce fameux festival,
    c'est très intéressant,
    quoique je devrais relire ce que je viens à peine de finir
    certes passionnant,
    mais à vrai dire
    j'étais curieux,
    et je le suis toujours ...
    je me replonge donc dans ce haut de page mystérieux,
    à toi l'ami, bien le bonjour!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken