Ring (pré-projet romanesque III)


Journal: 24 mai, atelier d'écriture 

Le thème du jour consiste à travailler le personnage principal. La proposition d’écriture va se décliner selon la méthode de Jean-Marie Koltès. 
Les personnages sont présents, on ne sait pas comment ils arrivent, on va aller voir de quoi ils sont faits, les palper, les humer, les écouter.
Découverte en quatre étapes :

1. Les caractéristiques physiques, ce peut-être un détail, on va donner un coup de pinceau à ce personnage, voir à quoi il ressemble.

Ce personnage masculin est très grand, bien bâti, tout en masse de chair et d’os. 

On sent une force en lui, ses bras musclés, deux rangées d’escaliers solide où se tenir en confiance alors que le reste de la maison ancienne un peu branlante sur ses bases vous fait hésiter, car cet homme claudique légèrement.

Ses mains couvertes de poils noirs et drus sont prêtes à vous saisir Mesdames, et vous soulever à la rencontre de ses lèvres épaisses qui n’auraient qu’un désir, celui de vous embrasser goulûment, si vous vous laissiez faire, car cet homme est un charmeur, malgré lui, et d’où vous le voyez, immense, il vous surplombe et vous vous étonnez de ce visage, de ce regard, il semble qu’il y ait deux regards qui vous observent en même temps, deux intensités, deux paires désaccordées d’yeux qui semblent vous dire : « ce ne sont pas mes yeux pers qui vous étonnent Mesdames, c’est la couleur double de mon âme », et vous le remarquez, oui, l’œil gauche, brun, d’une inquiétante fixité, il est tourné vers l’intérieur, vous voit-il, peut-être pas, c’est un œil aveugle, ou un regard pointé vers une tâche aveugle ; et l’œil droit, bleu, rieur, tendre, celui d’un enfant ou d’un adolescent, il y brille une invitation à vous connaître, vous parlez, jouer avec vous, vous aimez, peut-être.

2. Le caractère, le tempérament, de quelle trempe est-il fait ce personnage. On peut utiliser le portrait chinois, la métaphore.

En son for intérieur : une vaste demeure patricienne délabrée, de style grec, avec des colonnes blanches qui ouvrent sur un portique plongé dans l’obscurité, et au-dehors, la double rangée de pawlonias fleuris qui mènent aux berges ensoleillées du Mississipi, dans ce Sud tragique et nostalgique qu’il affectionne tant.

3. Un lieu, une scène de la vie quotidienne, un arrêt sur image

Il ouvre la portière de sa voiture, 
chipote dans la boîte à gants, 
dans le vide-poche côté passager
et côté conducteur, 
fouille parmi les cartes routières, les CD audio de musique classique et de country, les papiers sans intérêt qu’il ferait mieux de mettre à la poubelle, les carnets de route,
remue, chiques, chips, deux paires de lunettes de soleil, gel antibactérien, pendentif à l’effigie de Sainte-Thérèse de Lisieux, bracelet ramené par sa fille d’un voyage au Brésil qu’elle a oublié et qu’il se garde bien de lui rendre, 
cherche encore on ne sait quoi, 
dépose son portefeuille, ses clés de la maison, un paquet de mouchoirs en papier dans le vide-poche de son côté où il fait de la place en poussant ses affaires en tas, enfin, insère la clé électronique, 
appuie sur le bouton d’allumage, le moteur fait entendre sa douce musique, 
enclenche la mécanique d’ouverture du toit, la voiture se déplie comme un pop-up book, 
et elle bondit de toute la puissance de ses dix-neuf cent chevaux vapeurs, le passager et sa Mégane convertible unis pour une nouvelle journée d’exploration sur le Ring de Bruxelles.

4. La voix intérieure du personnage, comment il pense, ce à quoi il pense, la manière dont il se parle à lui-même

… régler cette facture, purée ! toujours en retards, où l’ai-je mise, avec les papiers de C. dans la sacoche médicale, plus tard, vérifier demain…
… le vent est léger comme le frottement de ses mains sur ma barbe naissante ce matin, la reverrais-je… ce soir, rendez-vous avec … qui… comment s’appelle-t-elle, sais plus, purée ! … vérifier ma base de contacts, mon agenda, plus tard… non ! tout de suite, dans mon téléphone
… négocier un rancart et une montée sur le Ring en même temps, Drogenbos ce matin, des files déjà… tous ces ploucs en costard qui partent sur le Nord, les boîtes de service, l’aéroport, Anvers… Y en a qui vont jusqu’à Amsterdam
… Ah ! … Amsterdam…
Camille ! Oui voilà, ce soir c’est Camille… dans le fond j’ai pas trop envie, j’aimerais bien revoir Albertine et sa petite fille ce soir… téléphonerai plus tard, une excuse : « j’ai dû partir en coup de vent sur Amsterdam, désolé ! » … parfait parfait
La radio. Musiq3 nous voilà. Un quatuor.
Le passage de ce roman lu hier soir me trotte dans la tête, me hante, ce n’est plus du roman, c’est un cheval fou qui galope dans les plaines ocre entre les Mesas, les canyons, et j’y vois les fumées de mes amis au sommet, j’arrive les gars, j’arrive sur mon coursier…
… si seulement ce bouchon voulait bien se dégager devant moi !
Pas facile de foncer à huit heures du mat’ sur le Ring de Bruxelles.

--------
Pendant le rapide débriefing, je réalise que la typologie de mon personnage principal a déjà évolué, ce ne sera plus un Parisien expatrié sur Bruxelles, mais bien un Américain expatrié, et vu ce qu’il y au passif de son ressenti dans le portrait chinois, je me dis, oui, c’est un gars du Deep South. Voilà qui va donner de la couleur à ce personnage qui me ressemble trop par ailleurs. Faut que j’arrive à détacher mes personnages de moi. J’ignore encore son nom mais il vient de l’Alabama ou du Mississipi, par là-bas, c’est un type plein de déséquilibres, brutal et doux à la fois, je vais en faire une sorte de « Céline » américain qui s’est entiché de « Brussels », on sait pas pourquoi (je ne sais pas encore).

Confederates on the Ring

Du coup, l’autre moitié de ce projet romanesque me semble glisser vers l’Oblivion, l’oubli, je sens qu’il ne sera pas possible de tirer tant de matière dans un seul projet. Exit donc Paris et les ballades en métro en contrepoint des virées sur le Ring de Bruxelles. Exit l’américaine de Paris. Et les japonais de Paris.

Reste le Ring, un projet pur et dur.

Antebellum Deep South on the Ring



Oak Alley Plantation (South Louisiana - New Orleans)
One of the many "Scarlett's Houses" (have a look at this link)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken