Chronique des Carver

Introduction

La "Chronique des Carver" (titre provisoire de ce cycle) est un ensemble de mini-nouvelles, quatorze textes d'une à trois ou quatre pages, écrits sous contrainte entre le 2 mars 2012 et le 29 juillet 2013. Chaque texte consiste en une proposition inspirée par un tableau d'Edward Hopper (le plus souvent) ou par une photographie de Philip Lorca diCorcia (lui-même inspiré par Hopper). La contrainte stylistique a consisté pour la plupart de ces textes d'écrire à la manière de Raymond Carver (écriture blanche, objective, avec aussi peu d'émotions ou d'affects explicites - parfaire l'art du "show, don't tell" comme disent les anglo-saxons, et de l'écriture allusive). Cette contrainte n'a pas toujours été respectée, mon naturel prenant parfois le dessus, mais je crois que certains textes pourraient se retrouver dans une anthologie de pastiches de Carver. De plus, le texte "Long Playing" a été explicitement écrit comme une variation sur la nouvelle de Carver "Pourquoi ne dansez-vous pas?" Deux de ces textes ont été rédigés directement en atelier d'écriture avec un délai fixé à 30 minutes pour le premier jet ("La piscine" et "Long Playing") ; les autres ont été également écrits d'un seul trait, le plus souvent en moins d'une heure. Deux textes ont été mis en Voix Off ("Look" et "Long Playing") par Sandrine Debiez et sont disponibles pour l'écoute sur ma page SoundCloud (voir liens ci-dessous). Les nouvelles n'ont pas été retravaillées, sauf "Long Playing" qui a fait l'objet d'une lecture publique le 23 juin dernier, dans le cadre de la soirée de clôture des ateliers d'écriture réguliers du Coin Bleu à Bruxelles (voir lien ci-dessous).

Rien ne semblait au départ susciter mon intérêt pour ce genre d'exercice, si ce n'est qu'assez vite, dès le deuxième texte, l'idée d'une continuité s'est imposée, avec l'idée de prendre un personnage et de raconter des fragments de sa vie sur plusieurs décennies d'histoire américaine. Le choix s'est rapidement fixé sur le personnage principal qui apparaissait dès la première nouvelle, Wendy, dont j'ai imaginé une histoire sur trente années de vie. Dans quelques textes, la "grande histoire" apparait en filigrane, l'essentiel ayant été pour moi de raconter des fragments de la vie de ce personnage, de Wendy Carver, qui plus d'une fois, alors que l'exercice ne m'intéressait plus, a toqué à ma porte et m'a sommé de la faire apparaître encore. C'est la magie de la fiction, lorsque les personnages prennent vie, et vous demandent comme auteur que vous leur rendiez ce service, les faire exister ...

Au final (provisoirement), cette chronique est à lire si possible dans la continuité de la chronologie interne des récits, dont voici le fil conducteur avec une table des matières et les hyper-liens vers chaque texte sur ce blog, à la date où il a été rédigé et publié. J'y ai ajouté ensuite pour les curieux la chronologie d'écriture.

Table des matières


Chronologie d’écriture 
La piscine, 02/03/12

Le chien jaune, 17/05/12
Tip, 17/05/12
Tarawa, 17/05/12
La boîte bleue, 17/05/12

Théâtre sur le Pacifique, 25/05/12

La maison qui regarde le rivage, 30/12/12
Le tunnel, 31/12/12

Long Playing, 16/05/13 (mise en Voix Off par Sandrine Debiez)

Kiss, 26/07/13
Sante Fe Railroad, 27/07/13
Momification, 28/07/13
Zabriskie Point, 29/07/13



Zabriskie Point - Death Valley, Ansel Adams (1942)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken