Dans le 11ème arrondissement (II)


Journal Parisien

10 octobre

J’arrive tôt dans la salle de formation. Prends le temps d’observer, noter mes impressions.

Un forum ouvert, un lieu circulaire, la Place de Marché, que va-t-on s’échanger ? Des ressources, de temps et d’espace, des informations, un agenda qu’on va construire par l’offre et la demande.
La Place est alimentée par une salle des Nouvelles et rapporte les transactions au Grand Journal.
Quelques règles très simples pour assurer le fonctionnement de cette place, avec une seule loi, celle de l’intérêt partagé, sorte de loi de base de la réciprocité.
Dans ce lieu se retrouvent les agents du changement (vous et moi) qui ont quelque chose à y faire pour, aujourd’hui, trouver des réponses à la question « Croître sans s’épuiser ».

La séance démarre.

Le Cercle, tous égaux.
Le Leadership est en chacun d’entre nous, il est partagé, il est collectif.
On commence par construire un ordre du jour, un agenda. Chacun peut initier un sujet, il suffit de se déplacer au centre du cercle et d’écrire. Cela implique quelques responsabilités :
On doit être là, à l’heure et au lieu indiqué pour la discussion, éventuellement désigner un animateur, documenter la discussion, dont le rapport sera à rendre à la Salle des Nouvelles avant d’être affiché au Grand Journal.

Les principes du Forum Ouvert sont d’une simplicité enfantine : les personnes qui se présentent sont les bonnes (même si on est seul), ça commence quand ça commence (c’est ouvert aux possibilités), ce qui arrive est ce qui pouvait arriver, et ça se termine quand il n’y a plus rien à dire. Cela revient à lâcher prise sur toutes les techniques de contrôle du management traditionnel.

Les animaux totems sont évoqués : les abeilles butineuses qui passent d’une discussion à l’autre, et les papillons qui font la pause, se posent pour réfléchir.

L’agenda démarre, suivi des discussions, des retours, de la seconde phase de discussion.

Premier temps d’un forum ouvert : l’émergence, les idées, la préparation de l’agenda, les discussions
Second temps : la convergence, les pistes pour agir, un plan d’action
La réponse au sujet, au problème posé par le sponsor du Forum vient de ce double processus : faire émerger les idées, ensuite faire converger les propositions d’actions, le tout en utilisant le collectif pour résoudre le problème.

Forum Ouvert : une technique d’intelligence collective pour résoudre des problèmes. Voilà, j’ai participé à un forum, j’ai compris la technique de base, les principes de fonctionnement, et la finalité pour l’organisation.

En anglais : Open Space Technology

L’après-midi, présentation d’autres techniques d’intelligence collective.

World Café ; intéressant, contrairement aux Forums, très utile pour partager l’information, faire circuler les connaissances, par exemple sur un nouveau projet, créer des conversations en profondeur. C’est un outil de concertation.

Pro action Café ; comme je l’ai compris, un très bel outil de feedback collectif entre pairs, par exemple entre chefs de projets, analystes etc… , permet le partage du savoir et de l’expérience, j’y vois un exemple adéquat pour les fameuses « leçons apprises » qui ne sont jamais apprises ni retenues après les projets.

Si je résume, les trois outils principaux (Forum Ouvert,  World Café, Pro action Café) sont comme les lames d’un couteau suisse, l’une pour résoudre un problème, agir, avancer dans le changement, l’autre pour se concerter, avant ou après un changement, la dernière pour partager l’expérience en cours, donner du feedback, pendant le changement.

D’une simplicité, et d’une redoutable efficacité.

Le prérequis : l’intelligence du comité de direction qui supporte les processus émergents, innovants, collectifs, dans l’organisation. Pas donné à tout le monde.

On aborde encore deux outils.

Storytelling : créer du sens, de la mémoire collective, très utile pour revoir ses mythes fondateurs, s’inscrire dans la durée, la continuité, l’histoire.

Le Cercle : le plus mystérieux, et en même temps le plus basique des outils. Le partage de la parole, parler en son nom, en assumant le Je, être un sujet, mais aussi, surtout, parler au centre (vide), et plus intriguant, écouter le centre (vide), qui représente en fait le vide du moyeu de la roue qui fait tourner le cercle, le Nous de l’intelligence, ou de la sagesse collective, qui est pour le coup, invisible. La parole et le silence.

En soirée, après le debriefing des formateurs, le départ des participants, je passe prendre une bière au Plein Soleil, balance un premier extrait de ce journal sur le blog. 

Nobel de Littérature 2013 pour Alice Munro, écrivain Canadienne de l’Ontario.

Je rejoins D. et E. dans un petit restaurant asiatique purement végétarien rue Bichat. Excellent et pas cher.

D. nous parle de son expérience de facilitatrice des Forums, de ses rencontres avec des personnes inspiratrices aux Etats-Unis, de l’outil des « Sept Génération », très puissant, de l’outil des « Constellations », canalisateur d’énergies. Je réalise plus tard, que Seven Generations est une méthode d’éducation développée à partir des enseignements traditionnels d’un peuple amérindien, les Ojibwas, et cela ne m’étonne pas.

Plus tard, me rend compte de certaines connexions de lieux et de personnes avec D., éprouve un vertige, écris :

« Il s'en passe des événements, ça vibre d'un peu partout, une connexion en appelle une autre, une danse synchrone, un triangle de forces entre trois villes où ma vie s'écrit dans un vortex, la danse du changement qui relie Bruxelles, Paris, Montréal. C'est tellement clair. C'est le nouveau paradigme, je suis dedans, je suis plusieurs, constellé. Merci. »

Kinanâskomitin.

Merci à celle qui rêve des aigles.

Le temps du rêve collectif arrive. Je sens le vol des outardes en migration, je suis l’une d’elles, au centre du vol, vers ce pays lointain où il faut se rendre pour passer l’hiver, vers ce vide qui incarne le Nous, le collectif, l’âme invisible du groupe et le moteur secret de notre appartenance.


Pause pendant la formation

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken