Thursday, 5 December 2013

Compilation des sources

Au début était quoi : le verbe

avant de se mettre à écrire une œuvre de fiction, l’auteur est archiviste, historien, nettoyeur de mémoires, correcteur d’encombrements, architecte paysagiste de l’espace intérieur

avant de se mette à écrire ne fut-ce qu’une ligne d’une œuvre de fiction totalisante, qui englobe l’espace et le temps de sa matrice d’existence, l’auteur est scientifique, entomologiste, cogniticien, développeur d’applications web,  rêveur, amoureux

avant de se mettre à écrire ne fut-ce qu’un mot sur la page blanche, ou noircie au préalable d’une profusion de signes qui ne font pas sens, l’auteur miraculé s’étonne d’une telle richesse, s’asperge d’eau de vie, souffle les candélabres, se signe, prie, 

car seule la prière d’un Père de l’Eglise portée par la légende des siècles, (cette légende si chère à un grand homme, poète immense, mis au Panthéon, adulé, rejeté, méprisé,  mais immense, hugolien de verbe et d’humeur), 

seule la prière d’un théologien de l’orthodoxie charismatique dans la Constantinople du Quatrième siècle de notre ère, seule la doxa et la praxis, la liturgie et le mystère, peuvent articuler les syllabes précises du verbe qui va tout mettre en mouvement

sons mots phrases 
énoncés dialecticiens 
ruptures théoriques 
chiasmes météoritiques 
coupures du sujet 
surgissement de l’inconscient 
flux et transformation d’une chair en paroles en lettres en livres 
lecture du monde 
bouclage de la métaphore

seul l’auteur réduit à son essence tente l’impossible de l’écriture.

Au début était le moteur qui actionne le verbe

l’atelier, ce lieu de travail, d’art, le bon ouvrier commence par y rassembler les matériaux, les outils, il emménage l’espace, il connaît chaque place, il assigne les fonctions, 

ce lieu est en moi avec moi autour de moi il m’est l’espace le plus personnel sur lequel je puisse appuyer mes repères, car tout commence par un jeu de coordonnées, et les mots produits tout au long de ma vie jusqu’à cet instant, ces mots me constituent, ils sont mes matières et mes outils, ils sont : mes carnets, mes papiers, mes livres, mes sources, mes souvenirs, mes identités

tentation futile de l’inventaire d’un chantier romanesque

c’est le travail du cœur.
-------

Atelier d'écriture CléA, ce jour, prolégomènes à un discours de la méthode sur mon projet d'écriture

En quelques mots, le sujet, l’argument, le contexte, le propos, le délire : roman total du vingt-et-unième siècle, « road novel », roman des transformations d’un personnage, roman surréaliste, roman collage, roman montage, roman cinéma, roman poème.

Un personnage sur la route entre deux villes, Bruxelles et Amsterdam, il voyage, il voyage également dans sa mémoire, et il pense, il fantasme, se prend pour un écrivain maudit du nom de L.F. Céline en fuite sur les routes d’Allemagne pendant l’hiver 44-45, il semble lui aussi fuir quelque chose, un meurtre peut-être et c’est une course à la vie à la mort qui s’engage autour de Bruxelles, sur le Ring de tous les dangers, de toutes les métamorphoses.

Germania, Anno Zero - Roberto Rossellini, 1948

No comments:

Post a Comment