Tuesday, 25 February 2014

In media res

Carnet

Et alors ? Je suis très mécontent de moi, n'ai rien pigé à la consigne de l’atelier de la semaine dernière. « Christo est déjà lancé » dit Aude.
Lancé pour ne rien dire de très intéressant. Ce matin j’ai l’humeur du carnet, façon statut Facebook mal torché, juste pour afficher ma rogne.
Show, don’t tell ! qu’ils disaient.
Je ne sais plus rien, ni du chaud ni du froid, ma stylistique est gelée, mes mots pas lavés, mes oreilles enduites de purée, tout ça au nom de la littérature.
Que ne faut-il pas endurer, je vous jure !


In media res


- C’est envoyé. Voilà, je viens de l’envoyer !

-

- J’ai dit que je venais de l’envoyer. Une hirondelle ne fait pas le printemps.

- Hmm… Tu dis quoi ? J’écoute de la musique.

- Pas étonnant que tu n’entendes rien à ce qu’on te raconte. Du matin au soir… Madame et ses oreillettes ! Une hirondelle ne fait pas le printemps.

- C’est tout ? C’est une devinette sur la météo ? Je vois bien qu’il fait bouché, le temps qu’il fait, je m’en fiche.

- Je disais aussi que je l’avais envoyé.

- T’as envoyé quoi ?

- Devine !

- En tout cas, à moi tu n’as rien envoyé. Attends une seconde… C’est bien ce que je disais, à moi tu n’envoies jamais rien.

- Pourquoi devrais-je t’envoyer ma note ? Tu es assise en face de moi toute la journée. On peut se parler, sauf que… du matin au soir… Madame et ses oreillettes !

- Mais oui, et « une hirondelle ne fais pas le printemps ». Tu me crois blonde parce que je suis blonde, tu t’es regardée ? A deux ans de la retraite et tu teins tes cheveux, tu ne trompes personne.

- Bon ! J’ai besoin d’air, là, un petit café…

- N’hésite pas, vas-y, va annoncer ton info du jour sur Radio Couloirs, va épater ta cour, Mademoiselle qui est dans les petits secrets des chefs, mais oui, tu attends quoi le cul serré dans ton fauteuil de direction ? Privilège ! Mademoiselle a ses entrées, ou plutôt ses entrées sont très comme il faut. Tu crois que moi non plus je n’ai pas mal au dos à en crever de douleur ? Je n’ai jamais rien demandé, j’ai ma fierté, pas à faire la mijaurée avec le DRH, à lui faire des mines de collégienne : « Oh Monsieur Jean-Philippe ! Je vous apporte un café et vos photocopies. » A te dandiner le soir dans son bureau quand le plateau est désert… Mais ne t’en fais pas ma jolie. Je ne dirai rien. « Les murs ont des oreilles. » Et cette note que tu viens d’envoyer, c’était quoi au juste ?

- Hum, voilà, réflexion faite, cette note n’est pas tout à fait au point. Je vais la rappeler. Un petit click par ici, une claquette par là, ça tombe bien, personne n’a encore ouvert sa boîte mail… Poubelle la note ! T’es contente ?

- Tu avais raison, un gazouillis n’annonce pas le soleil. Tu sais quoi ? C’est officiel, l’hiver arrive en force. Il était temps, l’hiver de la retraite, hé !


Atelier d'écriture du 20 février.

Ecrire un dialogue réaliste, ‘in media res’ (au milieu du récit), dans le feu de l’action, d’où l’importance des sous-entendus, on entre directement dans l’intimité des personnages ; sans ‘dit-il’, ‘dit-elle’, qui raconte quelque chose avec un début et fin (chute). Contraint des deux personnages et du sujet de conversation :
Contrainte 1: ‘Ils sont collègues de bureau, travaillent côte à côte tous les jours mais ne s’aiment pas, ni ne se font confiance.’
Contrainte 2: ‘Le temps qu’il fait.’

Credits: http://smizz.wordpress.com/2012/05/09/dialogue-vs-monologue/

No comments:

Post a Comment