Le Times of London arrive ici avec un décalage de deux à trois semaines... (Atelier Petites Annonces VII)

Simla, ce 1er juin 19..


Madame, 

Le Times of London arrive ici avec un décalage de deux à trois semaines. Cette année, la saison de la mousson légèrement en avance a prit les transports au dépourvu. Les routes de Delhi aux contreforts himalayens étaient impraticables, la voie ferrée inondée dans la plaine du Gange. Il a fallu tout porter à dos de mulets. Je n’ai reçu l’édition datée du 27 avril qu’hier soir, et ce matin je m’empresse pour vous répondre chère Madame.

Je m’adresse à une dame, car il s’agit bien de votre sac à main qui s’est retrouvé malencontreusement en ma possession lors du débarquement à Bombay. Vous vous rappelez certainement de cette affreuse bousculade qui s’est emparée du quai, lorsque les premières classes descendirent du King Georges, et furent rudement prises à partie par un groupe d’Hindous fanatiques. Je vous avouerai que j’ai eu bien peur. J’imagine que vous vous êtes retrouvée dans la même situation. Dans la confusion qui suivit quelques bagages furent égarés. Je fus bousculée et j‘ai du lâcher mon sac à main. Lorsque je me relevai sans mal, je demandai à mon fidèle Nasir de rechercher mon sac qui n’était plus à côté de moi. Il le trouva rapidement, mais je ne me rendis compte que le lendemain que ce n’était pas le mien. 

Je vous rassure chère Madame, je ne l’ai examiné que pour retrouver la trace de sa légitime propriétaire, mais de cela il n’y en avait point.

Mon fils Henry part pour l’Europe d’ici quelques jours. Je vais immédiatement le mander de ramener votre sac à Londres. Vous pourrez le contacter via le Journal.

Votre dévouée,

Virginia Lynn-Stratton





Londres, 3 juillet 19..


Chère Virginia !


Quel bonheur ! Enfin ! Je désespérais d’obtenir une réponse, et vous voilà !!

Quand j’ai ouvert mon courrier ce matin j’ai dit à Winston : « une surprise en direct de Simla ! ».

Je vous envie tellement ma chère Virginia ! Habiter un endroit aussi merveilleux que Simla ! Ce doit être le paradis sur Terre, ces contreforts boisés, ces champs en terrasses épandus d’un vert vif à perte de vue, cette douceur qui permet d’échapper à la moiteur étouffante de Delhi. Oh ! comme je déteste l’Inde ! Tout y est… comment dire… trop grand, trop étroit, trop grouillant. Trop !

J’avoue avoir tardé de mon côté à passer cette petite annonce. J’ai eu quelques ennuis de santé. Ce jour-là, sur le quai de White Line, j’eus le temps d’apercevoir une silhouette blanche qui s’échappait, la votre, car moi aussi je fus prise dans la pagaille de ces horribles hindous idolâtres qui étaient excités, des bêtes sauvages vous dis-je, leurs yeux noirs brillant de convoitise, du charbon ! J’en ai fait des cauchemars. Nous sommes rapidement rentrés en Europe Winston et moi.

Je me tiens prête à recevoir votre fils Henry avec grand plaisir dans ma modeste demeure de Knightsbridge.

Quand viendra-t-il ? Vers la fin du mois ?

Oh, si vous saviez ! Les journaux n’arrêtent pas de parler ces jours-ci de cette lamentable affaire de Sarajevo. Mais l’été est là, les Londoniens respirent la joie de vivre, nous allons en profiter pour canoter sur la Tamise.


Très affectueusement, votre


Clarissa Dewey


P.S. 3 août 19..

Hélas ma chère Virginia, je n’ai pas eu l’occasion de poster ma lettre qui à trainé sur mon bureau.

J’ai appris hier par le Times of London la venue de votre fils. Nous nous sommes rencontrés ! Qu’il est beau ! Henry est splendide dans son uniforme du 1st Royal Regiment. 

Je lui ai remis votre sac, il m’a rendu le mien, et je dépose ma lettre pour vous dans la poche de son uniforme.

J’espère de tout cœur qu’il vous rejoindra le plus vite possible. Le prochain navire de la White Line pour Bombay part demain matin.

Mais qu’est-ce ? 

Winston vient d’entrer en trombe dans la pièce. Il est livide.


Adieu chère Virginia,

Votre Clarissa

La Route des Indes, film de David Lean, 1984


-----------------
Atelier d’écriture “Petites Annonces”
Le Coin Bleu, Geneviève Damas

27/04/14


Lecture #6 – Salman Rushdie, Joseph Anton : une autobiographie


Lecture #7 – Hélène Geustern, Eux sur la photo


Proposition #7 - Correspondance

Ecrire deux lettres dont la première est la réponse à une petite annonce. Contrainte : un bateau doit apparaître dans l’histoire.

Annonce parue dans le Times of London, 27 avril 19..

Sac à main de cuir grège à fermoir en cuivre de chez Harrod’s échangé par erreur le 1er mars lors de l’escale de Bombay du Paquebot ‘King Georges’ de la White Line, à rendre à sa propriétaire à Londres en échange d’un sac à main de cuir grège identique.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI