Le Bhârking II - Les Conversations d'Ousmane (archives: 1996)

Le Bhârking est le livre sacré du Bhârisme ousmaniste.

Tout prêtre ou fidèle lettré en possède un exemplaire. Il est composé de deux parties: le Livre de la Grande Pureté et les Conversations d'Ousmane. Le Livre de la Grande Pureté regroupe une série de poèmes mystiques ésotériques karaturiens. Renfermant une sagesse ancestrale, ils restent un thème favori de méditations pour tous les prêtres et fidèles quoique leur sens dernier ne soit accessible qu'au prix d'une vie entière vouée à la méditation. Les Conversations d'Ousmane sont une suite de dialogues mettant en scène Ousmane et différents interlocuteurs qui le questionnent. A travers les réponses d'Ousmane apparaissent peu à peu les concepts qui fondent l'Ousmanisme. Il est certain que cette partie est postérieure à Ousmane lui même et qu'elle a été retranscrite par les premiers de ses fidèles après son départ de Quendinesti il y a presque mille ans. Il est probable que le Livre de la Grande Pureté est le seul qu'Ousmane ait apporté avec lui de Kara-tur.

Extraits des Conversations d'Ousmane

  "Ecoute car je vais te parler de Mâât qui personnifie la  justice et la vérité. Emanée sans cesse du divin Bhâr dont elle est elle-même la nourriture, elle est l'intermédiaire  et le véhicule de l'essence de Bhâr. Présence du commencement et de la fin, dans tous les temps et tous les  mondes, elle est la conscience cosmique, l'idéation universelle, la sagesse essentielle. Dans le monde des  hommes, elle est la conscience du discernement et par conséquent la Mâât du jugement. Mâât est la clef de la  raison de vivre de l'homme."


  "Si tu veux te connaître, pars de ton propre état puis  reviens à sa source et ton commencement t'enseignera ta fin.  Commence donc par observer le fait concret pour susciter chez toi l'évocation de son aspect abstrait. Tu en auras  l'intuition par le rapport de trois sur les choses et le  rapport abstrait entre deux termes concrets est toujours la  valeur réelle car c'est le mobile qui provoque le rapport  des deux premiers termes: telle est Mâât mais aucun  raisonnement rationnel n'y donnera accès. Car la pensée est autre, symbole de division. Seule compte l'intelligence du  coeur à travers l'intelligence expérimen¬tale de la matière."


  "Entends moi quand je dis que la lutte entre Bhâr lumineux  et Hun est éternelle et que le saint ne peut rejoindre Bhâr  que par le chemin de l'expérience des choses de manière qu'à  ses yeux toutes deviennent semblables dans le plus pur détachement."


  "La loi véridique est le croisement; c'est la clé des énigmes. L'énigme est pour les possesseurs de la clé. La logique est pour les aveugles qui ne touchent que la terre de leur bâton."


  " L'obligation provoque la révolte; la loi donne puissance à la faute; la théorie évoque l'argument contraire; place l'homme devant la conséquence de ses actes: il fera sa propre morale. "


  "Cependant, parmi ceux qui entrevoient la lumière, bien peu ont le courage de l'aimer dans cet absolu. Plusieurs  d'entre eux, déjà savants, sont morts en posant la question:  "A quoi bon?". Ce qui prouve que la connaissance n'est pas nécessairement la sagesse. Toi qui auras à parcourir ce  chemin, sache qu'il sera long avant de pouvoir parvenir au  but. Sa longueur ne se mesure pas en durée, mais en épreuves  par ces diverses tentations. Après celle du doute viendra  l'autre danger: celui de croire à la réalité de ce que tu  vois."


  "L'erreur la plus commune aux hommes est de croire à leur  liberté. Ils subissent les impulsions, dont ils sont les  esclaves aveugles parce qu'il n'y a point en eux de témoin  pour le constater."


  "Avec l'argument tu ne montreras jamais la vérité aux hommes, parce que leur conscience cérébrale appartient à Hun et exige l'opposition et l'option. Comment pourraient ils, avec cette conscience, comprendre la Mâât qui, elle, n'est  que confondement sans opposition.
Ils disent que si tu cherches l'être en confondant avec lui ton propre être, la dualité cesse, la compréhension intellectuelle cesse: alors à quoi bon chercher ce confondement, puisque tu n'es plus toi mais que tu es la chose; donc tu ne la connaît pas dans ton moi.
Ce qu'ils disent est décevant et empêche instinctivement  les hommes de la terre de s'engager dans cette voie."


  "Je crois en ce qui est, au mépris de ce qui parait.
Je crois en l'esprit de Bhâr qui prend forme dans la matière.
Je crois en la semence de Bhâr qui, dans le coeur de l'homme, attend sa résurrection.
Je crois au règne de Bhâr vers lequel tend le règne humain.
Je crois à la transmission continuelle du message de sagesse à travers tous les temps de notre humanité.
Je crois et je sais que ma foi est une certitude que je ne comprends pas."


  " Car l'ignorance ne se laisse pas attaquer sans  résistance:
l'intellectuel est satisfait de sa science des apparences;
le passionnel a peur de perdre son plaisir; et la foule redoute tout ce qui la dépasse.
C'est pourquoi ta principale épreuve sera la solitude. Tu  devras chercher la science sacrée dont je ne t'ai donné que  les instruments de recherche. Ce que tu as appris sera la langue pour l'exprimer; le ciel sera ton maître. Tout est en  toi: connais toi toi-même. Alors se fera la lumière en toi et toute obscurité s'éloignera de toi.
Eveille Bhâr en toi...
Ensuite laisse crouler le temple..."

L'arbre sacré, sous lequel dit-on Ousmane N'Guyal, le marchand imlanhi, s'endormit et eut la révélation de Bhâr dans le désert de Quoya, dans la lointaine Karatur. La légende de l'arbre inaltérable, indestructible au feu et à n'importe quoi d'autre est racontée dans les "Voyages extraordinaires" de Johannes Fystandantilus, écrits au 1er siècle avant l'ère arcelloise. Ces derniers, ont le sait depuis les travaux de Timothée Fals, sont un pastiche du roman shoulong "La pérégrination vers l'Ouest" (le Xiyou ji de Wu Cheng'En, dont nous attendons toujours une traduction en langue commune).

Note: le Bhârking est une création originale de Christo Datso et de Henry Krutzen tirée du cycle "Le Roman d'Arc" (Editions Bruocsella, 1996), campagne de jeu de rôle conduite de mai 1987 à 1993, publiée en mai 1996 (tirage limité).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI