Vers Porto Germano là-haut....

I.
Vers Porto Germano là-haut route enneigée
Nous allons à Pahi, un café pour le ciel 
Vers la mer froide et l'âpre manteau de nuées
Où les hommes discutent poisson pain et miel.

II.
Demi tour sans détour nous irons au soleil.

III.
Je me prends les pieds faibles
Dans ta métrique ennemie
O ver luisant gent’ ami
Il faut nier les règles
Des pas coupés, l’hémistiche
Les pâleurs de l’e muet
La valse, les menuets
Maigres rimes peu riches
Vous m' faites une syncop'
Horreur ! C’est l’apocope !

IV.
Trouves-moi un vers qui chante
Fais-le valser, un deux trois !
Ta musique me hante
J’ignorais ce don des rois.

V.
J’ai mis un mois pour écrire un sonnet
A chercher des vers simples et réguliers
Mon vocabulaire hélas limité
S’est dispersé au vent des feux follets.

Notes :
I. Quatrain d’ambiance, tout simple d’alexandrins
II. Monostique écrit en conclusion du quatrain
III. Dizain féminin d’heptasyllabes embrassé où je me prends les pieds dans le tapis
IV. Quatrain régulier d’heptasyllabes sur le thème du précédent
V. Quatrain régulier d’alexandrins qui signe mon désespoir par anticipation


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

De Clichy à Laeken