superbe, je ne sais quoi, donc rien...

superbe, je ne sais quoi, donc rien…

    sauf que…

    pour commencer…

            à sentir poindre le bout furtif des mots éloignés
            qui suggèrent par métaphores discrètes
            l’interminable profondeur

                        d’où ton regard
                        tes cadrages
                        ta lumière
                                    dans l’objectif
                                    serré au plus près de la chose
                                    qui n’a pas de nom ou plus de nom
                                    d’où elle, lumière lumen lux
                                    tire son vague à l’âme,
                                    couleurs, force, précision,
                                    qui est sans doute immanquablement
                        ta part de nuit
                                    à l’ombre des feux à-demi éteints
                                    qu’un brandon encor vif
                                    ou mort-vif
                                    ranime par à-coups,
                                    sauts de puces aléatoires dans le jardin
                                    où Vieux Chinois te contemple
                                    lové dans sa fourrure de chat noir
                        pendant qu’accroupie tu officies
                                    pour quel rite inconnu,
                                    sauf des esprits qui te sont proches
                                    si proches
                        toi même parfois si pur esprit
                                    si pur éther de bleu de gris
                                    que j’en perd mon grec
                        dans le flux des milliers d’années…

   sauf que…

   Christian Bobin bobinette bobo
            comment l’aurait-il dit lui au fait
            du faîte du portique ensoleillé des cathédrales…

   moi je dis parce que je ne sais quoi, donc rien…

   sauf que… 

   pour avancer …

            en spirale vers le centre vide du tableau,
            aspiration de celle qui n’a qu’un œil,
            l’autre brûlé,
            du tango le rythme lent de tes pas
            tu glisses au centre par l’objectif,
            tu zoomes
            et pan le gros plan,
            la figure du Bouddha surgit
            ça
            d’une fleur d’une poussière d’un rayon oblique,

                        le chat l’a senti aussi
                        tout à l’heure il s’est roulé boulé sur le dos
                        mimine à son maître miam-miam les croquettes
                        toutes mangées
                        puis parti zou dans les fourrés
                        flèche noire,
           
            d’un bris de verre sale
            tu montres le presque rien
            mais c’est un monde à partir de rien,
            les bords de monde t’appellent,
            ta vision
            si l’on veut ta contemplation de l’instant qui s’éternise,
                       
                        le chat t’observe trente minutes
                        sans bouger dans le fond du jardin,
                        un bug dans le logiciel des maîtres,
                        statues gelées des maîtres,
                        cramponnés à gros-œil,
                        dormir pense-t-il…

   je ne veille plus, j’ai les yeux tous verts de gris, salés,
            chat je rêve donc je suis.


Ecrit le 29 janvier 2014, comme ça vient,
dans le fond du fond, du Coin du Balai, à Boitsfort,
en contemplation
devant ce qui était mon jardin

qui sait, j’aurais peut-être oublié ce jardin
s’il n’y avait ces mots
en particulier « Vieux Chinois »
et Christian Bobin
mots-clés pour elle

car ce texte était pour toi
est pour toi aujourd’hui
à Schaerbeek, dans le jardin des mots,
ce 10 avril 2015, comme il vient


pour Martine.

Credit photographique: Martine Cornil, 2015

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et si pas maintenant, quand ? Arendt et Heidegger, par Emmanuel Faye

Cœur ouvert XI