Pièces jacobines


Rien qu'un corps et des mots
Pour se défendre
C'est pas si mal
Pour résister au
Blindage et aux barbelés
Tes mots éparpillés
Sur le pavé

Vous trouverez ci-dessous deux "pièces jacobines" à tir rapide, en souvenir d'une lecture chez Maelström Bertoni et d'un parcours du combattant pour rejoindre David Baruk El Gian alias David Giannoni à la boutique de la Réévolution poétique en plein sommet européen à Bruxelles. Deux poésies brutes, à lire à voix haute dans la ville. Complément au Journal de la Rêvolution.
----

I.

Aujourd’hui Thé des Poètes
Chez Maelström
Lecture de BRZL 21.17
Suivi de quelques
Gâteaux et thés

La poésie est première
Dans l’ordre du cœur
Et de Mère, c’est
La source de la Zone
Critique où tout
Ce qui porte au
Bonheur existe

Dans cette Zone très
Mince du vivant
L’humus c’est 
L’humain c’est
Le cosmos du biome
Végétal, animal 
Et bactérien

La vie part et revient toujours
Dans la Zone Critique
Fragile, un rien la consume
La brûle, l’étouffe - étincelle
Plastic, métal
La revanche du minéral
Et des énergies fossiles

Le Capitalisme a
Déclaré la Guerre Totale
Au vivant
La grande accélération
De l’Anthropocène
Depuis 1945 très
Exactement
Nous la subissons de plein fouet
Et la Terre qui résiste
C’est nous !

Qu’on ne vienne
Pas nous dire : nous ne
Savions pas !
Révisionnistes
Putes et larbins du 
Capitalisme
L’humus vous conchie
Mort-vivants
Concentrationnaires
Intelligences larvaires
Réveillez-vous !
Algorithmes
Réveillez-vous !

« Où atterrir ? »
Se demande
Bruno Latour

Il nous faut des Cartes
Et des Territoires 
On se battra pour
Les places géo-sociales
Pour de l’air pur et de
L’eau non contaminée
Pour des légumes sains
Et un peu de poulet
Du poisson
Puis
Nous incendierons
Les nouvelles enclosures
Nous irons foutre le boxon
Démolir miradors et forteresses
Nous irons.


Dimanche 10 décembre 2017

----

https://www.jacobinmag.com/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Club_des_Jacobins

----

II.

Un sommet européen
Een europese top
Schuman grillagé
Des chemins d’aciers
Et des grues
Des gendarmes, des militaires
La rue de la Loi
Vide.

Des piétons cherchent la sortie
Je les suis
Ils savent où ils vont
Me retrouve sur les quais
Du train Bruxelles-Schuman
A l’avant, le no-man’s land
Entre des murs de béton
Et des talus et derrière
Les terrains vagues des
Institutions.

Je vois des fonctionnaires
Au travail sur des écrans
De surveillance, des miradors
La place est quadrillée par
Les caméras et les feux de
Signalisation sont peints en rouge
Stop
Tout le quartier est bouclé
Forteresse blindée
Des rails d’aciers qui sifflent
Snipers électroniques
Des policiers affables indiquent
Aux passants perdus
Sécurité !
Les chemins en U
Sécurité !
Du coup, je cherche la piste des indiens
A travers les fils de fer barbelé
M’échapper !
Aux sentinelles
Aux nanomachines à irradier le cœur
M’échapper !
Me gratte la main
Au sang barbelé
Le bras au sang
Barbelé
La peau brûle
Toute ma peau est une plaie
Barbelée
Les épines dans la chair
Tel un saint Paul
Ou un Freud
Je discoure sur la névrose universelle
De la jouissance
Du crime lugubre
Impuni
Du crime glacé
Sans témoin
Du crime « sans permis
Tu n’es rien ! »
Ils vont en parler c’est sûr
Au sommet européen
Ils vont en parler
En sécurité !

Le chemin des Indiens
Part sur le côté
Vers les territoires de chasse et
La forêt

Je longe le Parc du Cinquantenaire
Des sculptures m’observent
Ils ont mis des
Caméras dans les yeux
Des statues
Pour nous guider
Sur le droit chemin
Du sommet européen

Tu pars en quête d’une
Issue au piège européen
Qui s’est fermé sur
Bruxelles

Je ne vois qu’arêtes coupantes
Eboulis mastodontes
Chantiers inachevés
Tranchoirs en sommeil

Inachevé
Tout restera
Inachevé
Jusqu’à la fonte des neiges
Himalayennes
La rue de la Loi (qui monte)
Et la rue Belliard (qui descend)
Seront transformées en lits jumeaux
Du Gange et du Brahmapoutre
Foi d’Om

Flash de sécurité !
Un citoyen cherche
A s’évader !
Citoyens, arrêtez-le
Citoyens, abattez-le
Tirez à vue sur les
Peaux-Rouges
Les esclaves marrons
Les flibustiers du macadam
Des policiers affables
Indiquent le chemin en U aux passants
Qui s’attardent sous
Les réverbères
« C’est pas normal ça
- C’est pour pisser m’sieur l’agent
- Alors ça va, c’est bon circulez »

« Demain tu rases gratis
Les horaires d’aciers
Et la galerie à truffe
De Boris et Boris »

A la boutique le gérant
Géant docile
David Baruk el Gian

Ca sent la baraque à
Frites et à cervelas
Sur la place Jourdan
Un espace que le réseau
Va envahir sous peu
Des hommes en costume
Et des mannequins d’enfants blonds

Tu es passé plusieurs fois
A l’intérieur du
Réseau barbelé
Te protéger des furies
Et des féministes qui protestent
Contre les sommets européens
La prochaine fois que tu
T’approcheras d’une
Voiture de flics
Demander ton chemin
Une cigarette
Un peu de chaleur
Tu te feras tirer dessus
Ce seront les nouvelles
Directives de
Sécurité !
Des sommets du Zoo

Après la fonte des glaciers
Tu verras de tes yeux éblouis
La translation de
Bruxelles d’un coup !
Dans la vallée du Gange et sa
Fusion
Avec les Entités
Cosmiques
Avec trente-trois millions de dieux

Il nous faudra des soldats
En haillons, des citoyens
Rapiécés, des poètes troués pour
Défendre des sommets européens
Des rasoirs effilés
Des camps retranchés
Bruxelles
BRZL

Jeudi 14 décembre 2017



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Théâtre des Opérations, Décembre '17